Le programme !

Le lac marin

le joyau de la Côte d’argent

De nombreuses activités

Le lac marin

le joyau de la Côte d’argent

De nombreuses activités

Né des divagations d’un fleuve capricieux rendu célèbre par les écrivains, le lac d’Hossegor est l’un des joyaux de la Côte d’argent.

Un atout patrimonial essentiel pour la commune. Soumis au jeu des marées, il est en perpétuel mouvement, il respire au rythme de l’Océan, des saisons et des modes… et il abrite toute une vie généreuse et variée. Un espace protégé, simple et authentique qui laisse au creux de l’âme une empreinte parfumée… Le site offre de nombreuses activités de loisirs comme la voile, la pêche et la randonnée. L’été, il s’anime et attire les baigneurs avec ses quatre plages : les Chênes-Lièges, la plage Blanche, la plage du Rey et celle du Parc. Toutes surveillées et avec des clubs de vacances, des aires de jeu et des clubs nautiques. Les restaurants, hôtels, buvettes, les petits bancs et le chemin de sable parfumé par des senteurs de chèvrefeuille font de cette perle océane un lieu d’éternelles vacances.

Les incontournables du lac

01 - 04

Location d'un paddle

Les eaux calmes du lac ouvert sur l’océan permettent une initiation en toute sécurité. Balade tranquille pour découvrir la beauté du site entre pinède et océan.

Vous pouvez acheter ou déguster des huîtres sur place dans les différentes cabanes. L'endroit idéal pour admirer le coucher du soleil !

les ostréiculteurs

A pied, vous pouvez parcourir 5,8 km du tour du lac en 1h30. Utilisez notre carte interactive pour découvrir également tous les points d'intérêts.

En savoir plus

Une randonnée aquatique tout public, conviviale et vivifiante.

Voir
Le lac en immersion 360

Découvrez le lac d'Hossegor en immersion totale avec la photo 360 proposée par l'Office du Tourisme

Un peu d'histoire...

Lorsqu’enfin canalisé, l’Adour se coule dans son lit définitif, le fleuve laisse s’échapper un chapelet de lacs côtiers. Le plus vaste est celui d’Hossegor. Nous sommes en 1578 et, à l’époque, seuls quelques pêcheurs et chasseurs viennent troubler le silence de cet étang bordé d’ajoncs et envahi par les nénuphars.

Au milieu du XIXe siècle, Napoléon III, lors d’un voyage sur la côte landaise, décide de le relier à l'océan pour en faire « le bassin de chasse du port de Capbreton » afin d’éviter l’ensablement de ce dernier. À peine ouvert sur la mer, le bassin s’agrandit et son écosystème devient d’une richesse inouïe : végétaux marins, coquillages et crustacés, bars, carrelets, daurades royale, mulets, gobies ou lançons… Une nourriture abondante qui attire dans ses 99 hectares de nombreuses espèces d’oiseaux comme le héron cendré, le grand cormoran, la bécasse, l’aigrette, la mouette et le goéland… Cette réserve naturelle permet aussi à de petits artisans de vivre de ses bienfaits grâce à l’ostréiculture, les algues et les coquillages. Dès 1878, une première concession est accordée, et très vite, les parcs à huîtres fleurissent sur le pourtour du lac, un attrait touristique supplémentaire sur ce site remarquable.

De somptueuses villas s’installent sur les rivages. Chacune avec ses pins, ses chênes-lièges centenaires, ses haies vives, ses arbousiers et ses mimosas. L’unité architecturale ne fait que souligner la magie du lieu.